Etudiants
dernière modification le 11 juillet 2019
Imprimer logo imprimer

Mettre de l’international dans son parcours post-bac, c’est possible :

Que ce soit pour apprendre une langue, pour suivre des études supérieures, pour se rendre utile ou pour vivre une expérience professionnelle,

Une mobilité réussie est d’abord une mobilité bien préparée.

Il est essentiel d’avoir fait le point sur son projet, ses motivations et ses objectifs notamment par le biais d’un rendez-vous d’orientation avec un psychologue de l’éducation nationale en établissement (lycée, lycée professionnel, université) ou en CIO.

Mobilité dans le cadre d’études

Le candidat à la mobilité étudiante à l’étranger a trois possibilités :

  • soit une mobilité courte (un à deux semestres) dans le cadre d’un cursus français sous la forme d’un stage ou d’un séjour d’études
  • soit une mobilité longue dans le cadre d’un cursus étranger (possible dès l’après-bac)
  • soit un temps partagé entre la France et un autre pays dans le cadre d’un cursus intégré

Mobilité en dehors du cadre des études

Pour un étudiant, différentes possibilités de mobilité hors études sont envisageables :


La circulaire du 10 avril 2019 relative à la mise en œuvre de la suspension temporaire des études dite période de césure dans les établissements publics précise le rôle de l’établissement et la responsabilité de l’étudiant dans la réalisation du projet. Pendant la période de césure, l’étudiant continue d’être inscrit dans l’établissement d’enseignement supérieur et réintègre sa formation à la fin de celle-ci.